Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Pharma dans tous ses états

La dyslexie

D'après le Larousse médical, la dyslexie est "une difficulté d'apprentissage de la lecture et de l'orthographe, en dehors de toute déficience intellectuelle et sensorielle, et de tout trouble psychiatrique". Concrètement, c'est un trouble durable du langage écrit. On distingue 2 grands types de dyslexie : 

- la dyslexie acquise : c'est-à-dire qui apparait suite à un accident cérébral, chez une personne qui savait lire avant l'accident. 

- la dyslexie développementale : celle qui apparait au moment de l'apprentissage de la lecture, la plus connue, et celle sur laquelle je vais m'appuyer pour cet article. Notons qu'il existe 2 sous-types de cette dyslexie (phonologique et visuelle), notamment en fonction du type spécifique d'erreur et des troubles associés, mais je ne rentrerai pas dans ces détails. 

En théorie, la dyslexie développementale (qu'on appellera "dyslexie" tout court) est censée être détectée dès la maternelle, mais elle peut aussi passer inaperçue à ce stade, pour diverses raisons, et être détectée bien plus tardivement. Dans ce dernier cas, le diagnostic fait parfois suite à des signalements de la part des enseignants, qui rapportent aux parents des problèmes de lecture, de concentration, d'apprentissage, de comportement, etc. Ces signalements alertent les parents, qui emmènent alors leur enfant consulter un médecin ou un orthophoniste, parfois un psychologue. 

La dyslexie est d'autant plus handicapante que la langue parlée est dite "opaque" (c'est-à-dire une langue dans laquelle on ne prononce pas toutes les lettres, ou dans laquelle certaines lettres ont plusieurs prononciations possibles), comme le français ou l'anglais, alors qu'à l'inverse, un enfant dyslexique a plus de facilités à lire sans aucune erreur dans le cas d'une langue transparente (italien, espagnol...), ce qui rend plus complexe le diagnostic.

Il semblerait que 10% des enfants d'âge scolaire soient dyslexiques (voir plus ici). Pourtant, la dyslexie reste mal connue. Je vous propose de la découvrir au travers du témoignage de Sara, une jeune femme dyslexique qui nous en dit plus sur ce trouble. 

  • Quand et comment la dyslexie a-t-elle été diagnostiquée dans ton cas ?

Ma dyslexie a été détectée à 17 ans. Ma mère, qui donnait des cours particuliers, avait des élèves dyslexiques. Elle s'est penchée sur le sujet, a lu des livres et m'a lu les principaux symptômes. Et là je me suis dit "mais c'est tout moi !". Elle m'a donc amenée voir une orthophoniste et en 5 minutes, le verdict est tombé : je suis dyslexique.

  • Comment ce trouble se manifeste-t-il au quotidien ? 

A l'école, j'avais du mal à lire, à rester concentrée pendant les cours mais surtout à retenir mes leçons. Je devais les apprendre 10 à 15 fois et cela sur plusieurs jours pour pouvoir m'en souvenir correctement.

Actuellement, je ressens moins de problèmes (car j'ai moins d'efforts de mémorisation à faire) mais j'ai encore du mal à lire. Je fatigue vite et dois relire plusieurs fois pour bien comprendre ce qui est écrit.

J'ai aussi toujours du mal à utiliser les mots correctement. Je dis souvent un mot qui ressemble mais qui n'est pas exact à la place du bon.

La dyslexie
  • Comment vit-on, quand on est dyslexique ? T’es tu sentie lésée à un moment de ta vie du fait de ce trouble ?

Je me suis toujours sentie différente des autres enfants et eux avaient vraissemblablement ce sentiment aussi envers moi. J'ai toujours été très seule à l'école, lors des récréations ou des repas, souvent montrée du doigt et mise à l'écart. Le problème, est que pendant toute ma scolarité j'étais comme ça, mais on ne savait pas que j'étais dyslexique. Du coup c'était très dur. Le jour où on a mis un mot sur mes problèmes et mon mal être ça a été beaucoup mieux ! Ce n'était pas moi le problème... je suis juste dyslexique.

  • As-tu été suivie par un orthophoniste ? Dis-nous en un peu plus…

Etant donné que ma dyslexie a été détectée tardivement, je n'ai suivi aucun traitement orthophonique. Ma mère a été très présente pour m'aider à apprendre mes leçons et à trouver des méthodes pour mémoriser.

  • Si tu devais donner un (ou +) conseil aux personnes concernées par la dyslexie, quel serait-il ?

Ne vous découragez pas ! Il faut fournir beaucoup plus d'efforts qu'un autre élève pour des résultats moyens, mais on peut arriver à faire ce que l'on veut en s'accrochant !

J'ai toujours eu des moyennes générales autour de 10.5 en travaillant beaucoup tout au long de ma scolarité, sans redoubler, et au final je suis ingénieur avec un master 2 en poche !

Un grand merci à Sara pour son témoignage !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article