Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Pharma dans tous ses états

Pro-ana : quand maladie rime avec style de vie

Je ne vous apprends plus ce qu'est l'anorexie, ce fléau de notre société industrialisée. Si ce n'est pas déjà fait, je vous invite à (re)lire cet article que j'avais écrit il y a quelques mois sur l'anorexie mentale.

Aujourd'hui, dans la grande thématique de l'anorexie, je vous propose que nous nous arrêtions un moment sur le sujet du mouvement "pro-ana". J'avoue avoir hésité avant de traiter ce sujet, car parler de quelque chose, c'est lui donner de l'importance et donc encourager à ce qu'il continue d'exister. Et très franchement, ce mouvement mérite plutôt d'être éradiqué vu la tournure qu'il a prise. Mais tout bien réfléchi, je décide d'en parler dans le but de contribuer à ma façon à stopper ce massacre, si toutefois cet article peut remplir ce petit rôle que je voudrais lui donner. Puis si personne n'en parle, rien ne sera fait. Alors parlons-en !

Le mouvement pro-ana, qu'est-ce que c'est ?

"Pro-ana" est le diminutif de pro-anorexia. A l'origine, ce mouvement avait pour but de rassembler des personnes souffrant d'anorexie mentale pour que celles-ci s'entraident dans le chemin de la guérison. L'idée n'était pas mauvaise, présentée de cette façon. Sauf que la réalité est différente...

Ce mouvement a pris une toute autre tournure, extrêmement dangereuse, limite sectaire : certaines anorexiques, visiblement plus manipulatrices que les autres (rappel : dans l'anorexie mentale, on retrouve très souvent cette tendance à la manipulation chez le malade), ont décidé d'utiliser ce mouvement pour prôner l'anorexie comme style de vie, et elles y arrivent parfaitement bien en influençant des jeunes filles un peu fragiles et mal dans leur peau, en leur faisant croire que c'est dans l'anorexie qu'elles trouveront le bonheur, que la perfection réside dans la maigreur... Après s'être auto-manipulées, après avoir manipulé tout leur entourage, voilà que certaines anorexiques se manipulent ENTRE elles...

Pour celles qui ne veulent pas se sortir de l'anorexie - bien souvent, parce qu'elles refusent d'admettre qu'elles sont malades, même si elles voient qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans leur façon de vivre et d'être - ce mouvement "pro-ana" est vu comme une véritable aubaine : une sorte de monde à part dans lequel l'anorexie est leur amie, leur guide, LE mode de vie à adopter pour accéder au bonheur... Oui, je sais, ça fait très sectaire, mais c'est une réalité (pour elles)...

De pro-ana à pro-Ana...

Histoire d'aller encore plus loin dans cette tornade de folie, ces jeunes femmes ne parlent plus de "pro-ana", mais de "pro-Ana". Oui, la majuscule a toute son importance... Vous l'aurez compris, elles ont trouvé le moyen de personnifier l'anorexie sous le petit nom d'Ana, et c'est cette Ana qui dicte les règles (les 10 commandements d'une pro-Ana ; je vous laisse le loisir de chercher, je me refuse à mettre un lien direct vers toutes ces aberrations) c'est à cette Ana imaginaire qu'il faut ressembler pour être heureuse (une Ana qui, bien évidemment, est pensée extrêmement maigre). Quand elles communiquent sur les blogs, forums ou tout autre support qu'elles ont trouvé, elle s'adressent à Ana, elles ne jurent que par Ana. Sur les réseaux sociaux, elles affichent plus ou moins clairement leur attachement à Ana, et elles intègrent même "Ana" dans leur nom d'utilisateur (au fait, qu'est-ce que des gamines de 14 ans fabriquent sur les réseaux sociaux ????)

Bref, aujourd'hui, contrairement au but initial du mouvement "pro-ana", les adeptes sont plutôt en train de s'entraider pour s'enfoncer encore plus loin dans la spirale infernale de l'anorexie mentale, même si elles maintiennent être heureuses comme ça. Elles se félicitent d'avoir réussi à respecter les commandements, d'avoir réussi à perdre encore du poids, de se rapprocher de ce que prône cette très peu fréquentable Ana (je m'excuse d'avance auprès de toutes mes lectrices qui porteraient ce prénom!)... 

Un phénomène qui semble prendre plus d'ampleur qu'il n'est freiné

Un des premiers pas dans le processus de guérison de l'anorexie, c'est de reconnaître sa maladie, d'en prendre pleinement conscience. Et c'est de loin une des étapes les plus difficiles, aussi étonnant cela puisse-t-il paraître. Et quelle est l'attitude la plus facile (mais pas forcément la meilleure...) à adopter devant une situation difficile ? Fuir. Devenir pro-Ana, c'est accepter que l'anorexie fasse intégralement partie de sa vie, en l'adoptant comme véritable mode de vie. Ainsi, l'anorexie n'est plus vécue comme un problème par la malade, mais comme un chemin vers le bonheur. C'est précisément fuir. 

La médiatisation a eu tendance à contribuer à l'expansion du phénomène, bien que ceci ait également ouvert les yeux des autorités, et qu'elles s'en soient mêlées en faisant fermer quelques sites internet. Mais il en reste tellement... entre les blogs, les forums, les réseaux sociaux, etc. D'ailleurs, la démocratisation des réseaux sociaux et la mode des selfies tend à entretenir le mouvement. Les jeunes pro-Ana n'hésitent pas à photographier leur maigreur pour l'exhiber, persuadées d'être des modèles de perfection et de sensualité. Une omoplate saillante par-ci, un décolleté rachitique par-là... tout signe de maigreur semble bon à mettre en avant pour ces demoiselles...

De plus, depuis peu, une nouvelle mode d'alimentation fait beaucoup parler d'elle : le véganisme (végétalisme total). Passer d'un régime omnivore à un régime Vegan (ouais, le véganisme aussi a son p'tit nom intime...), ça fait perdre du poids (et contrairement à ce que les fervents défenseurs du veganisme maintiennent, ça crée des carences... j'y reviendrai dans un article ultérieur). Jusque là tout va bien. Rien de grave en soi. Si ce n'est que certaines pro-Anas surfent sur la vague de cette mode Vegan, en utilisant le prétexte de la bonne cause pour faire valoir encore davantage les "bons côtés" de leur mode de vie (et pour dissimuler toujours plus leur maladie...). Méfiance donc quant aux réelles intentions de se mettre à la mode Vegan, tout le monde ne le fait pas dans un souci écologique ou éthique... 

Inutile de préciser que tout ça n'existe pas dans les pays pas ou peu industrialisés, dans lesquels de nombreux habitants rêveraient de manger ne serait-ce qu'une petite portion de tout ce que ces pro-Ana refusent volontairement et joyeusement de manger... Idem pour la tendance Vegan... A méditer.

Que faire contre ça ?

Bonne question... à laquelle je n'ai bien évidemment pas la réponse miracle, comme personne d'ailleurs (sinon, le mouvement pro-Ana n'existerait plus!). Voici simplement deux petits conseils tout à fait personnels :

- si vos enfants/ados traînent déjà sur les réseaux sociaux, gardez toujours un oeil sur ce qu'ils y font, et peut-être plus important encore, surveillez les pages qu'ils consultent et leurs fréquentations. Inquiétez-vous très sérieusement si un peu trop de leurs contacts ont un "Ana" dans leurs noms. Ok, pas facile à faire si vous habitez dans un pays hispanophone ou lusophone vu que Ana y est un prénom extrêmement commun... mais méfiez-vous quand-même, le mouvement est mondial ; fiez-vous aux photos de profil utilisées aussi. Redoublez de vigilance si votre enfant est déjà atteint d'anorexie, il est alors encore plus à risques de se faire embobiner dans ce truc. Méfiez-vous également des mots du genre "Thinspo" ou "Thinspiration" et dérivés... usez et abusez de la fonctionnalité "signaler un contenu indésirable" lorsque cela est possible.

- de même, méfiez-vous s'ils vous parlent de veganisme du jour au lendemain. Assurez-vous que leurs intentions ne découlent que d'une question de principes moraux, et que ça ne dissimule pas autre chose, notamment l'appartenance à un groupe pro-Ana.

Conclusion : l'anorexie est une maladie. Il est extrêmement malsain, irréfléchi et dangereux d'adopter une maladie en guise de style de vie. Il ne faut pas oublier une chose : ce n'est pas parce qu'une anorexique fait le choix d'être pro-Ana pour accepter sa maladie comme partie intégrante de sa vie qu'elle pourra faire le choix d'être épargnée par les lourdes conséquences de l'anorexie... 

Je sais pas vous, mais moi, ça me révolte un peu beaucoup quand-même ! Puisque c'est ça, et histoire de terminer sur une pointe d'humour, je vais prendre un bon goûter histoire d'entretenir le moelleux de mon fessier (et si on créait le mouvement pro-fessier confortable? ;-) )

Pro-ana : quand maladie rime avec style de vie

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mel. 02/05/2017 20:54

Salut, je n'aime pas la manière dont tu traite les anorexiques. Les sites pro-Ana, c'est toute leur vie, laisse-les, c'est LEUR vie, un but auquel se ratacher. Sans elle je serais rien.

Jenny 03/05/2017 10:48

C'est bien, ton commentaire est une parfaite illustration de ce que j'ai pu dire dans un autre article sur l'anorexie.... Si tu te renseignais un peu mieux avant d'être aussi agressive, tu saurais que je sais de quoi je parle, que j'ai longtemps été concernée par ce mal, et que je fais partie des chanceuses qui ont réussi à se sortir de là. Quand bien même je "comprends" ce mal, je ne cautionne pas cet attachement au pro-ana. Si tu te sens agressée par mon propos, c'est que je touche une corde sensible, et c'est TANT MIEUX. C,est fait pour réagir, et je suis ravie si ça fonctionne. Ta vie vaut mieux que ça, crois moi... la maladie t'a persuadée que tu n'étais rien sans elle, mais c'est faux. Tu as des valeurs, tu as une personnalité, sûrement très belle derrière cet excès d'agressivité.