Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Pharma dans tous ses états

Communique-t-on mieux avec les moyens d'aujourd'hui ?

Quand on regarde l'évolution des choses sur les 30 dernières années, on ne peut que constater que tout est allé très vite dans plein de domaines. Parmi eux, les moyens de communication... le progrès a été énorme dans ce secteur, mais est-ce que l'on communique mieux pour autant ? Voyons ça...

Dans les années 80... Quand on veut des nouvelles de telle ou telle personne, et bien soit on a une adresse et on peut ainsi correspondre par écrit (mais faut pas être pressé d'avoir la réponse...), soit on peut se déplacer directement à cette adresse, soit on a un numéro de téléphone fixe permettant de contacter les gens sur des plages horaires finalement assez peu étendues. Ah si ! Y'a le Minitel aussi, qui ne sert pas qu'à passer des commandes sur le 3615 La Redoute ; le Minitel permet aussi d'aller sur des trucs du genre "3615 j'ai besoin d'un ami" (nom 100% fictif)... Bref, dans les années 80, communiquer avec le monde qui nous entoure, ce n'est pas forcément hyper simple décrit de la façon dont je l'ai fait, mais bizarrement, on s'en sort très bien !

Dans les années 90... Youhou, le téléphone portable fait son apparition ! Il est lourd, énorme, moche, on n'entend que dalle dedans... Bref, c'est un téléphone, il est portable, mais qu'à moitié. En tout cas, ça permet de dire à Papa de prendre du pain avant d'arriver à la maison pendant qu'il est encore sur la route, ou au collège de prévenir Maman qui est au travail que fiston a encore fait une connerie. Bien heureusement, la taille de ces engins a incroyablement diminué pendant cette décennie, pour arriver à quelque chose qu'on pouvait réellement qualifier de "portable". Pendant ce temps, les ados n'ont pas de téléphone portable, eux (c'est le cadeau à la mode des 18 ans, parfois des 16 ans!) ; éventuellement, ils ont un tatoo ou un tamtam... Les jeunes, soit ils se donnent rendez-vous à l'arrêt de bus du quartier, soit ils appellent le numéro de fixe de la famille. Pas cool quand c'est Bogoss qui veut parler à son amoureuse Lolita, et qu'il est obligé de passer par les parents pour ça... Bon, le point fort de cette époque, c'est qu'on fait encore nos devoirs le soir en rentrant des cours ! (quoique... la Playstation vient de sortir quand-même...).

Dans les années 2000...La ré-vo-lu-tion ! Les téléphones portables sont de plus en plus petits, performants, et les opérateurs de téléphonie proposent des forfaits de moins en moins chers pour de plus en plus de temps passé au téléphone avec ceux avec qui on veut communiquer (mais attention, il faut être chez le même opérateur, sinon, ça marche pas... faut pas déconner, non plus !). De plus en plus de foyers sont équipés d'ordinateurs à la maison, et Internet tend à se démocratiser chez les particuliers aussi. Bye bye le Minitel, direction l'antiquaire ! Les premières connexions internet sont foireuses, ça fait du bruit pendant 20 minutes pour annoncer que la connexion a été coupée, mais ça a quand-même pompé 20 minutes sur les 5 heures de connexion MENSUELLE qu'on avait à l'époque...

Aujourd'hui (et depuis la fin des années 2000), on a Internet illimité à la maison ; on a des ordinateurs portables, des tablettes, des téléphones portables (surtout des smartphones désormais)... tous permettant de se connecter à Internet à peu près n'importe où. Les jeunes ont des téléphones portables dès 8 ans et savent mieux s'en servir que quiconque d'autre.. Le "3615 j'ai besoin d'un ami" a depuis longtemps laissé place à des trucs qu'on appelle des "réseaux sociaux" (je zappe l'époque du Messenger, hein!) qui nous permettent de communiquer avec tout le monde, où qu'ils se trouvent et n'importe quand (outre le fait de pouvoir y étaler notre vie entière dans les moindres détails pas forcément vrais...). Les ados ont troqué leurs devoirs contre des heures passées sur ces fameux réseaux sociaux de peur de perdre le contact avec les copines laissées une demie-heure plus tôt au collège... Les expatriés peuvent permettre à leurs enfants de connaître leurs grands-parents autrement qu'au travers d'une seule et rapide visite annuelle, grâce à des communications où on peut voir nos bouilles et s'entendre en même temps. Bref, on est devenus joignables n'importe où, n'importe quand et d'à peu près toutes les façons possibles. Magique, non ?

Ouais, ya pas de doutes, nos façons de communiquer ont vraiment évolué sur ces 30 dernières années (et déjà avant, certainement, mais je n'étais pas là pour le constater!). Dans l'ensemble, tout est allé dans le bon sens, c'est-à-dire dans celui de rapprocher les gens, malgré la mondialisation qui les a poussés à s'éloigner géographiquement les uns des autres. Pourtant, pour certains, ça a eu l'effet inverse. En effet, certaines personnes se sont isolées socialement parlant, justement du fait d'un usage excessif de ces fameux réseaux dits sociaux (l'excès n'est jamais bon !). Certains se sont réfugiés derrière ces "profils" virtuels, grâce auxquels ils arrivaient à accéder à leur désir de popularité. Et oui, sur les réseaux sociaux, il est presque facile d'avoir des centaines d'amis, et c'est pourtant inimaginable dans la vraie vie. Même ces personnes hyper populaires qu'on enviait au collège et au lycée n'avaient pas 500 amis dans la vraie vie... Bref, en voulant créer une personnalité qu'ils jugeaient idéale, ces gens ont fui ce qu'ils étaient vraiment, au point de se désociabiliser petit à petit, avec tous les désagréments psychologiques associés. Bon, ça, c'est le cas extrême hein ! Mais d'une manière générale, tous ces moyens de communication, et je pense particulièrement aux smartphones et à l'accès facilité aux réseaux sociaux, font que beaucoup de gens sont moins attentifs à ce qu'il se passe autour d'eux. J'irais même jusqu'à dire qu'ils profitent moins de la vie, de la VRAIE vie. (mais qu'est-ce qu'elle raconte??!) Réfléchissez deux secondes : ça ne vous est jamais arrivé de vous adresser à quelqu'un qui, pendant que vous lui parlez, est scotché sur son téléphone à publier sa vie sur Facebook et sa tête sur Instagram et son avis sur tel ou tel sujet sur Twitter ? N'avez-vous jamais vu ces soit disant groupes d'amis qui, au lieu de profiter du moment présent, sont finalement tous tête baissée sur leur téléphone à partager la photo de leur assiette ou à arborer un faux sourire pendant 3 secondes juste le temps d'un selfie ? Ou encore ces couples qui, au cours d'un dîner en tête-à-tête, ne se décrochent pas un mot et sont tous deux occupés à faire je ne sais quoi sur leurs smartphones respectifs ? Et dire que la communication est la base de tout... Ces quelques situations sont malheureusement de plus en plus fréquentes, mais pour s'en rendre compte, il faut soi-même lever la tête de son téléphone portable et observer autour de soi !

Bref, le développement des moyens de communication n'a pas forcément amélioré la communication entre les gens ; du moins, ce n'est pas le cas pour tout le monde... Pour ma part, j'ai l'impression que même si on "communique" (dans le sens "se contacte") plus, on ne communique pas vraiment mieux. 

Entendez-moi bien : je n'ai rien contre les réseaux sociaux en particulier, ni contre les smartphones, ni contre Internet. Tout ça, ce sont des inventions géniales. Mais je crois juste qu'il y a des limites à ne pas dépasser quant à leur utilisation (sans oublier que tout ça passe par des ondes qui nous traversent de partout, et qu'à long terme, on ne sait pas encore trop ce que ça va faire, mais je doute que ce soit joyeux!). C'est comme pour tout, il ne faut pas tomber dans l'excès. On pourra ainsi continuer à parler de réseaux sociaux, et non pas de réseaux antisociaux !

Pour finir, je vous invite à regarder cette vidéo qui illustre assez bien mon propos, même si elle va un peu à l'extrême dans le sens où aujourd'hui, il est totalement impensable de ne pas avoir un téléphone portable sur soi ; être joignable est même important et a sauvé plusieurs vies ces dernières années. Il faut juste en retenir l'idée générale : ne tombez pas dans l'excès et regardez le monde autour de vous ! 

Pour ma part, je me pose une question, et je vous invite à partager votre avis sur cette question : est-ce la rapidité d'évolution des moyens de communication qui a mené à ces quelques situations d'isolement et de "désintérêt social", ou est-ce que ces nouveaux moyens de communication ont simplement mis en évidence des problèmes pré-existants chez certaines personnes ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article