Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Pharma dans tous ses états

Mieux vivre l'échec

On le sait tous, la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Elle est pleine de surprises, de rebondissements, d'aventures... Nous sommes tous confrontés à un moment ou à un autre à une situation d'échec, quel que soit le domaine concerné. La seule différence, c'est la façon dont nous vivons cet échec. Pendant que certains arrivent à rebondir rapidement, d'autres se retrouvent anéantis sans jamais plus réussir à se relever. Le but de cet article est simplement de vous faire réfléchir à vos propres échecs passés et à ce que vous en avez retiré, pour vous montrer que l'échec est loin d'être négatif.

D'abord, l'échec, c'est quoi ?

C'est un mot qui fait peur, plein de connotations hyper négatives. L'échec, c'est ce truc qu'on passe notre vie à chercher à éviter, mais en vain, car il arrive forcément un moment où on y est confronté. On a tendance à voir l'échec comme un obstacle à notre réussite, alors forcément, il ne risque pas d'être rangé dans la case des expériences positives dans notre tête !

Pourquoi est-ce si difficile à vivre ?

Justement parce qu'on voit l'échec comme quelque chose de très négatif ! Et il me semble que c'est avant tout une question de culture et d'éducation, bien que la personnalité ait également son rôle là-dedans. 

En effet, dans certaines cultures, l'échec n'existe pas, ou du moins, ce n'est pas vu de façon aussi péjorative que chez nous. Dans ces cultures, chaque expérience, chaque instant de la vie n'est qu'un élément normal du cheminement vers la réussite, alors que chez nous, c'est vu comme une tare dans le parcours de notre vie.

L'éducation intervient aussi. Si les parents présentent l'échec comme quelque chose d'extrêmement négatif à leurs enfants, forcément, ceux-ci garderont cette idée, et ils auront la crainte d'un jour connaître l'échec, et donc, de décevoir leurs parents, de perdre leur fierté. Les professeurs ont également leur part de responsabilité dans la façon dont on perçoit l'échec ; n'avez-vous jamais trouvé que les appréciations des professeurs envers les mauvais élèves étaient davantage décourageantes que motivantes ? Pour moi qui ai très souvent été déléguée de classe au cours de ma scolarité, je me souviens d'avoir été choquée par cet aspect au cours des conseils de classe auxquels j'assistais (oups, ça rajeunit pas tout ça...).

Puis il est vrai qu'il existe des personnalités plus optimistes que d'autres, mais notre personnalité ne découle-t-elle pas de notre éducation et de notre environnement culturel ? C'est lié, tout ça. 

Comment mieux le vivre ?

Simplement en arrêtant de diaboliser l'échec. Non, vivre un échec n'est pas si terrible quand on y réfléchit bien ; certes, la fierté en prend un coup. Mais il faut se forcer un peu à analyser cet échec. Ainsi, on peut en tirer des leçons, et ça, c'est toujours positif. C'est comme ça qu'on rebondit, grandi, plus fort, plus sage. Et cette force et cette sagesse, on ne les aurait pas acquises sans l'échec. Bref, je crois que le mieux est de voir l'échec comme une expérience riche en enseignements positifs pour la suite de notre vie, un véritable tremplin vers ce qui constitue notre réussite. On peut même aller jusqu'à voir l'échec comme une partie intégrante de notre réussite, et ça passe tout de suite mieux ! 

Pour ma part, je pars du principe qu'un échec n'est jamais un échec si on sait en tirer des leçons positives. 

Et il ne tient qu'à nous de transmettre cette image "positive" de l'échec à nos enfants et notre entourage, pour qu'à leur tour, ils voient et affrontent l'échec de cette même façon. 

Et vous, comment voyez-vous l'échec, et comment le surmontez-vous ? N'hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires ci-dessous, ou par mail :

lapharmadanstoussesetats@outlook.com

Mieux vivre l'échec

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kvin 22/01/2016 02:58

Article très intéressant, tout comme le blog. Bonne continuation :)

Jenny 22/01/2016 03:39

Merci :-)